Confirmer la suppression?

  • Vous êtes ici :
  • Accueil/
  • Comment choisir son casque de ski ?

Comment choisir un casque de ski ?

 

« En avril, ne te découvres pas d’un fil ». Cette affirmation est d’autant plus vraie lorsqu’arrive le printemps sur les pistes. Le retour du soleil nous encourage à délaisser nos casques de ski et profiter du grand air. Pourtant, le port du casque, accessoire de sécurité au prix accessible, est fortement  recommandé pour tous les skieurs et snowboarders. Mais au vu de tous les modèles disponibles et des normes à respecter, difficile de faire son choix. Ravoir Sport vous donne quelques conseils pour bien choisir votre casque de ski.

Une protection indispensable sur les pistes

Tout d’abord, un casque sera une protection efficace contre le froid glacial de la montagne puisqu’il protègera votre tête et vos oreilles. Ensuite, que vous soyez débutant ou expert, le casque de ski peut vous sauver la vie en cas d’accident. En montagne, personne n’est à l’abri d’un choc, d’une chute sur la glace ou  d’une brutale collision avec un autre skieur. Dans ce cas, vous risquez un traumatisme crânien. Alors, parce que le risque zéro n’existe pas, porter un casque de ski vous protègera des aléas des séjours au ski.  

Votre casque de ski doit absolument respecter la norme européenne CE EN 1077 pour garantir une sécurité optimale. Avant tout achat, n’hésitez pas à l’essayer. Mais avant d’opter pour un casque de ski fashion, vous devrez prendre en compte quelques critères.

 

Un casque de ski adapté au skieur

                Déterminez votre taille

La taille est le principal critère de sélection puisqu’il doit correctement maintenir votre tête. Elle peut s’exprimer en échelons (S à XL) ou le plus souvent en centimètre. La première étape est donc de mesurer votre tour de tête avec un mètre ruban au bas du front c’est à dire juste au-dessus des sourcils puis derrière les oreilles. Vous obtiendrez normalement une taille entre 52 et 65 cm. S’il est trop petit, il comprimera votre tête et sera gênant et douloureux lorsque vous skierez. S’il est trop grand, il ne protègera pas correctement la tête et risquera de bouger en cas de chute, ce qui pourrait avoir des conséquences dangereuses. Assurez-vous alors que le casque ne bouge pas lorsque vous secouez la tête. Evidemment, des casques de ski pour enfant existent pour les pioupious et ados !

                Optimisez votre confort

Ensuite, votre casque doit bien entendu être confortable pour pouvoir profiter des joies de la montagne. La plupart des casques possède une mousse à l’intérieur pour permettre de s’adapter à n’importe quelle morphologie. Cela n’a pas d’impact sur le poids du casque qui doit toujours être léger. Et parce que confort rime avec aération, un casque doit permettre une bonne évacuation de la transpiration. Certains modèles proposent même des oreillettes détachables, idéal pour s’adapter au temps hivernal ou printanier.

Coloris et accessoires

Le casque de ski n’est plus seulement un casque de protection. C’est désormais un accessoire de mode que vous pourrez personnaliser au gré de vos envies. Vous pourrez trouver une grande variété de styles avec des couleurs sobres ou flashy, des motifs divers, des stickers à coller ou des formes fluides. Vous pourrez l’assortir à votre tenue de ski ou à votre masque de ski. Selon les marques et les modèles, vous trouverez des casques de ski proposant des accessoires et des technologies intégrées. Les skieurs qui souhaitent écouter de la musique ou téléphoner tout en dévalant les pistes à toute vitesse peuvent opter pour un casque avec des écouteurs ou Bluetooth intégrés. Le casque de ski à visière est également très apprécié des skieurs qui portent des lunettes car il permet de ne pas porter de masque de ski.

Autre point important lorsque vous choisissez votre modèle de casque de ski : assurez-vous que vous pourrez y glisser votre masque de ski. Veillez toutefois à ne pas privilégier l’esthétisme au détriment du confort et de la sécurité. Enfin, n’oubliez pas qu’un casque de ski toit être changé régulièrement, c’est-à-dire tous les 3 ans en moyenne !